Menu_thematique france nice isen divers gastronomie musique sport technologies canada montreal poly sciences voyage software securite reseaux vie quotidenne culture design web Art Terminus
 
nov 12

J’ai tout essayé : les patchs aux films policiers, l’hypnose, l’acupuncture (aîeeeeuh !), j’ai même essayé les substituts à base d’émissions de variété (j’en suis pas fier) ! Mais rien n’y fait, je n’arrive pas à me passer de mes séries préférées.


Que seraient mes soirées d’hiver sans ma petite série au coin du feu.

La meilleure reste celle juste après manger … aaaah quel régale de retrouver enfin ses personnages que l’on avait quitté la semaine précédente au beau milieu de leurs aventures. C’est souvent à cause de celle là que j’ai rechuté.

Spoiler : Ne pas lire avant Prison Break Saison 3 Episode 6 ▼

imageChaque début d’épisode c’est pareil, on prie que tous les personnages soient encore au rendez-vous. Et oui, car des fois certains ont l’audace (Que dis-je, le culot !) de disparaître entre 2 épisodes ! Comme par exemple Sara dans Prison Break. Ah je la retiens celle-là ! Pendant deux saisons elle séduit son petit Scofield (et ses spectateurs) et pouf elle disparaît. Sans aucune nouvelles, pas de lettres ni rien.
 

C’est qu’on s’y attache vite à ses personnages, qu’on se reconnaisse en eux ou pas. Ils nous font passer par toutes les émotions : peur, joie, fou-rire, déception …

Globe A l’ére du virtuel où les moyens de communication n’ont jamais été aussi évolués, on en finit par s’attacher à des personnages eux aussi virtuels … c’est là toute l’ironie.

PS : Apparemment je suis aussi parenthèses addict. Je ferai peut-être (ou pas) un article là dessus aussi.

Répondre